logo ness bien-être

Les bienfaits du massage ayurvédique

En matière de massage, on pense souvent à tort que s’il ne fait pas mal, il n’est pas thérapeutique.

Il est intéressant de noter que l’Ayurveda prescrit une série de massages légers qui ont passé l’épreuve du temps. La nouvelle science nous apprend que si les massages musculaires profonds ont sûrement des effets bénéfiques, les massages légers ont aussi des effets bénéfiques qui dépassent de loin ceux des massages profonds.

Le massage, et plus particulièrement le massage léger, peut stimuler l’ocytocine, l’hormone de longévité, d’amour et d’attachement du corps. Dans la pratique ayurvédique traditionnelle, ces massages n’étaient pas des événements hebdomadaires ou mensuels – ils étaient quotidiens tout au long de la vie. En Inde, le massage commence dès le premier jour. Les mères donnent aux bébés des massages légers depuis des milliers d’années. Les enfants commencent à se faire des massages quotidiens dès leur plus jeune âge, et cela devient une pratique qui dure toute la vie. En fait, il est courant en Inde de parler à une personne de 80 ans et de découvrir qu’elle s’est fait un auto-massage tous les jours de sa vie.

En Occident, le massage quotidien n’est tout simplement pas sur le radar de la plupart des gens. Cela pourrait changer, car de nouvelles recherches montrent que certains types de massage peuvent déclencher la libération de nombreuses substances chimiques bénéfiques pour le cerveau.

Les liens affectifs par le toucher

Le toucher, qu’il s’agisse d’une poignée de main, d’une étreinte ou d’une bise sur la joue, est depuis longtemps un moyen reconnu de créer des liens sociaux. Les primates passent beaucoup de temps à se toucher, à se toiletter et à se frotter les uns aux autres pour maintenir des liens sociaux, réduire le stress et se réconcilier après une querelle.

Le toucher a également été associé à la guérison. L’imposition des mains a été décrite dans de nombreuses traditions comme une forme de guérison. Bien que le mécanisme de cette action n’ait pas encore été entièrement compris, de nombreux écrits ont été consacrés au pouvoir curatif du toucher.

La science ayurvédique

En Ayurveda, le toucher léger correspond directement à l’élément air et au prana, ou force vitale (également appelé vayu). Le Sushruta Samhita, l’un des principaux textes ayurvédiques, affirme que « Vayu [directement lié au toucher léger], qui parcourt le corps, est d’origine autochtone et est considéré comme identique à la vie éternelle ».

Dans l’Ayurveda, chacun des cinq sens est considéré comme une voie de la conscience et un véhicule permettant l’auto-guérison. Le toucher, en tant que moyen de déplacer le prana, est utilisé dans les massages, la thérapie des points de pression ayurvédiques (marma-point) et le diagnostic du pouls.

Il existe de nombreuses façons de déplacer le prana. Lorsque nous déplaçons notre force vitale par le massage, le yoga ou la respiration, elle circule d’abord dans le corps, puis dans l’esprit, apportant équilibre et calme, et améliorant la conscience de soi. Ce n’est que lorsque la conscience de soi est cultivée que le système peut reconnaître pleinement les problèmes ou les déséquilibres sous-jacents et susciter des réponses appropriées pour les guérir.

Le toucher léger, en tant que moyen de déplacer le prana, est considéré comme un outil efficace pour la conscience de soi et un déclencheur pour une puissante réponse de guérison.

Science occidentale

Des études antérieures ont montré que l’hypertension et la dépression s’améliorent avec la massothérapie. Le massage semble diminuer le cortisol, une hormone de stress génératrice de maladies et dégénérative. Il augmente également la dopamine et la norépinéphrine, qui stimulent l’humeur, la récompense, le plaisir et le bien-être. On a également constaté que le massage renforce l’immunité et les cellules T tueuses chez les patients atteints du SIDA.

Dans une étude récente parue dans Alternative Therapies, 95 sujets ont fait évaluer dans leur sang leur taux d’ocytocine (une hormone de liaison et anti-anxiété) et d’ACTH (adrénocorticotrophine, une hormone qui augmente avec le stress et diminue avec la relaxation) avant et après un massage de 15 minutes. Les niveaux d’ocytocine ont augmenté de 17 % dans le groupe massé et diminué de 9 % dans le groupe au repos. Le taux d’ACTH a augmenté de 30 % dans le groupe au repos et diminué de 20 % dans le groupe massé. Une étude précédente sur le massage par effleurement a donné des résultats similaires : Le massage par effleurement a entraîné une augmentation de 27 % de l’ocytocine thérapeutique et une diminution de 24 % de l’ACTH.

Les bienfaits de l’ocytocine

Il a été démontré que l’ocytocine augmente avec les sentiments de confiance ou d’empathie. C’est l’hormone du don, libérée lors d’actes d’appréciation, de gratitude, de connexion émotionnelle et de toucher. Les mères en travail sécrètent de grandes quantités d’ocytocine à la naissance, ce qui déclenche une poussée d’ocytocine chez le bébé et le père (s’il est présent), favorisant ainsi le lien familial initial.

Les autres avantages de l’ocytocine sont les suivants

le renforcement des liens sociaux

la prolongation de la vie des patients atteints de cancer

Réduction des envies de sucreries

la diminution de l’anxiété et de la dépression

Augmentation de la puissance et du désir sexuels

Diminution du cortisol

Renforcer l’immunité.

Massage léger contre massage profond pour le mal de dos

Dans une étude comparant l’impact du massage thérapeutique profond par rapport au massage léger pour les douleurs lombaires, aucune différence statistique n’a été constatée entre les deux. Le massage des tissus profonds n’était pas plus efficace que le massage léger pour les personnes souffrant de douleurs lombaires.

À mon avis, c’est un autre exemple de la sagesse de l’Ayurveda. Il y a des milliers d’années, lorsque le système de guérison ayurvédique a été conçu, il intégrait de nombreuses modalités faisant appel au toucher – la grande majorité étant un toucher léger.

L’Ayurveda vise à créer une base à partir de laquelle le corps, l’esprit et l’âme peuvent se soigner en profondeur. Qu’il s’agisse de régime alimentaire, d’exercice physique, de mode de vie, de désintoxication ou de thérapies par le toucher, l’objectif est toujours d’abord d’établir un corps équilibré, puis d’évoluer vers le silence intérieur et la conscience. Cette plateforme de conscience accrue facilite la libre circulation du prana, qui est une condition nécessaire à l’auto-guérison ayurvédique.

Intéressé(e) par un rendez-vous ?

Saisissez l'opportunité